2763068447_0891f5af9b_o

Les tarifs adaptés :

pour info, enfant de moins de 4 ans = 4 euros

Une cliente, voulant une réduction pour sa fille et se renseignant sur les tarifs, soutient mordicus que sa chère enfant a moins de 4 ans, (la jeune fille dépasse déjà le comptoir), imperturbable, et regard insistant, la cliente sort cette phrase magnifique :

 

« Quand elle était petite, elle était déjà grande »

 

(Elle est pas belle la vie !)


 

Il y a aussi le fameux « c’était là avant ! »

Pour toutes les demandes répondant par la négative, la petite phrase magique :

Exemple :

 

- L’incontournable agence rébus :

 

«  ben, c’était là avant ! » (non plus depuis 1993)

 

- L’agence France télécom

 

« C’était là avant ! » (jamais à ma connaissance)

 

-« la billetterie SNCF

 

« C’était là avant ! » (jamais, même les Rébus n'ont jamais fait sncf)

 

-« l’office du tourisme »

 

« C’était là avant !  » (presque, mais juste en face, aile du musée)

 

- le commissariat de police

 

« C’était là avaaant ! » (non c’était en face, dans l'autre aile du musée)

 

Et nous, on pourrait dire, « c’est nous maintenant ! », en vous remerciant…


Les cyclettes de ré :

La saison,  c'est aussi le retour des locations de vélos…. Des particuliers…..

 

(toujours la fameuse chance d’être situé à coté (des bus, du musée, du parking vélo, des ânes en culottes etc.), le bonheur en somme)..

" On veut louer 2 vélos pour la journée...."

ben non, à moins de vous dépanner d'un coupe boulon, et encore je n'ai rien vu....  

donc nous répondons toujours par la négative pour toute demande de locations de cycles …. Inlassablement, inexorablement, la même litanie…

 la patience est mère de toute les sûretés, dit on !

..............................................................................................................................................................................................

on ne sait pas non plus pourquoi, la bicyclette ou le vélo est traduit par :

"on peut louer des cyclettes ici ?"


Sablanko, sabledoux et sakavomis :

Les nouveautés consistent dans les lapsus et les noms de lieux revisités :

 

La cliente : «  et pourquoi vous ne partez plus de la plage de ‘sacrebleu’ ? »

Moi «  sacrebleu ? Non, mais sablanceaux quelquefois encore, vous lisez trop tintin madame »

Eclat de rire de la cliente…

 

Une autre cliente : «  je ne vois pas sur le carte de l’île de ré, la plage de… sable… en…. seau » (en détachant bien chaque mot)

 

Au téléphone : «  je voudrais réserver pour le départ de sabledoux » (un mix entre rivedoux et sablanceaux)

 

Re téléphone «  sablanko c’est où ? » aie prononcé à la japonaise sans doute, ça va très bien avec nos "sakavomis" sur les bateaux…